Collections : Accueil - HISTOIRE - Horos

BOUVIER David  

Le sceptre et la lyre. L'Iliade ou les héros de la mémoire

2-84137-122-0 - Année : 2002 - 514 Pages - 38 €
COMMANDE


Pour entrer dans cette problématique, une question initiale a été choisie. Pourquoi l’aède de l’Iliade omet-il, au début de son poème, de saluer l’auditoire auquel il s’adresse ? Comment procède-t-il alors pour l’impliquer à un autre niveau ? La réponse arrive plus loin lorsque, face à la mort, un héros comme Hector veut avant tout dédier son dernier exploit aux hommes à venir. Entre l’aspiration d’un héros soucieux d’être reconnu par les générations futures et l’auditeur de l’aède – qui cherche une raison d’écouter l’histoire des héros – un lien s’établit alors qui pose le problème de la dimension éthique de la poésie héroïque.
Mais pour progresser, l’enquête se doit de préciser d’abord ce qu’il en est, dans le monde héroïque, du code de l’honneur et de la gloire. Dans le monde héroïque, il apparaît que la gloire est moins individuelle que collective. La gloire d’un héros est un honneur pour tout son clan mais, en même temps, elle constitue pour ce clan une forme d’obligation : les descendants du héros ne pourront se réclamer de la gloire des ancêtres que s’ils se révèlent, à leur tour, par leurs propres exploits, dignes successeurs de ces ancêtres. Perpétuant l’histoire exemplaire des héros, la poésie des aèdes se trouve, ainsi, investie d’une dimension éthique : elle est ce discours qui invite les générations nouvelles à se souvenir et à imiter les grands héros pour hériter et prolonger leur gloire ; il y va ici d’une identité que la collectivité ne doit pas perdre. Mais pour fonctionner, un tel système éthique ne doit-il pas supposer une langue immuable, à même de conserver fidèlement l’histoire des exploits dignes de mémoire ?


____________________

SOMMAIRE

Préambule et remerciements

Avant-propos
Iliade, fiche analytique
Iliade, précaution d’usage


Introduction
le destinataire oublié

1. Formules de prélude et invocations à la Muse
2. Oiez, seignor…
3. Les règles de l’apostrophe dans l’Iliade
4. Du silence autobiographique d’Homère à la poésie originelle des Romantiques
5. Le bonheur des dieux
6. La musique d’Apollon ou le silence de l’Iliade.
7. Le bonheur des dieux et le malheur des hommes
8. Le pouvoir des Muses d’Hésiode
9. Nuances de la poétique homérique
10. L’ambiguïté de la poétique iliadique
11. L’auditeur entre les dieux et les hommes ou le problème de la distance épique


Chapitre 1
Hector et les hommes de demain

1.1. Le destinataire retrouvé
1.1.1. Propos du narrateur et discours des personnages
1.1.2. Dédier son histoire aux générations de demain : essomenoisi
1.1.3. Hector et l’opinion publique : valeurs guerrières et valeurs sociales
1.1.4. L’honneur d’Hector
1.1.5. Hector et les hommes de demain ou le héros construisant sa propre épopée
1.1.6. Honte et honneur : la conscience éthique du héros
1.1.7. Le destinataire retrouvé

1.2. Images de l’au-delà
1.2.1. Les fantômes de l’Hadès homérique
1.2.2. L’Hadès et le Chéol

1.3. Ethique et métaphysique
1.3.1. Ethique chrétienne versus éthique homérique
1.3.2. Christianisation des héros homériques
1.3.3. L’Iliade immorale
1.3.4. Propositions pour une éthique de la gloire
1.3.5. L’Iliade, poésie de l’arbitraire ?

1.4. La nécessaire dimension éthique du kleos
1.4.1. Le dernier espoir d’Achille
1.4.2. Le bonheur du héros
1.4.3. Joie d’Achille et espoir d’Ulysse
1.4.4. La honte ou la gloire pour les hommes à venir
1.4.5. Honneur de l’individu, honneur du clan
1.4.6. La gloire comme enjeu d’une relation entre les générations
1.4.7. La leçon d’Hector

1.5. Ethique et génétique
1.5.1. La leçon d’Athéna
1.5.2. L’identité incertaine de Télémaque
ou l’angoisse d’un fils sans « père »
1.5.3. Le héros sans gloire et sans tombe
1.5.4. Le legs de gloire ou la continuité du genos
1.5.5. Pères et fils dans le monde d’Hésiode
1.5.6. Les fils semblables aux pères dans le monde homérique
1.5.7. Le kleos comme principe d’obligation réciproque
1.5.8. L’éducation de Télémaque : suite et fin
1.5.9. L’ultime ambition d’Hector et la dimension politique du kleos
1.5.10. Ethique héroïque et fonction des dieux
1.5.11. L’interprétation platonicienne du kleos homérique ou le kleos privé de son sens

1.6. La fin d’un rêve héroïque
1.6.1. L’épopée posthomérique et les hommes de demain
1.6.2. La tragédie ou la poésie privée de sa fonction épique
1.6.3. Le bonheur tragique
1.6.4. Le commentaire de Virgile

1.7. Ethique et langue de la poésie orale


Chapitre 2
L’invention d’une langue de la mémoire

2.1. Une langue hors de l’histoire
2.1.1. La faute de Thamyris
2.1.2. De la peur d’être oublié à la peur d’oublier

2.2. Le postulat antique et la fausse solution d’Aristote
2.2.1. Pharmacopées métriques
2.2.2. Le postulat d’Aristote
2.2.3. Le problème des répétitions et des archaïsmes
2.2.4. La Question homérique ignorée par les Anciens

2.3. Nature de la langue homérique : langue naturelle ou artificielle
2.3.1. La langue qui se répète : l’interprétation de M. Parry
2.3.2. De H. Düntzer à K. Witte : l’argument de la contrainte métrique
2.3.3. Le problème des archaïsmes et des formes irrégulières
2.3.4. De la poétique d’Aristote à K. Meister.

2.4. La thèse de Parry
2.4.1. Analogie et économie formulaire
2.4.2. Parry et le problème de l’analogie
2.4.3. Reconnaissance d’une langue homérique
2.4.4. La limite de l’interprétation de Parry

2.5. Langue et société
2.5.1. F. de Saussure et la langue homérique
2.5.2. La langue homérique et la linguistique générale
2.5.3. Principe d’analogie, esprit de clocher et force d’intercourse
2.5.4. L’explication finaliste de A. Martinet
2.5.5. La thèse de E. Havelock ou l’espoir d’Hector de voir son rêve réalisé

2.6. Origine de l’hexamètre et fonction de la langue
2.6.1. L’origine de l’hexamètre : question sans réponse
2.6.2. Evolution respective de la langue et du mètre
2.6.3. D’Homère à Nonnos, la disparition de la formule

2.7. Le caractère traditionnel de la poésie posthomérique
2.7.1. L’intuition de Pollien et l’exemple de Théocrite
2.7.2. La loi de localisation des mots dans l’hexamètre grec
2.7.3. La localisation des mots dans l’hexamètre : le problème des césures.
2.7.4. Peabody et l’analyse des césures 187
2.7.5. Dactyles et spondées à l’intérieur de l’hexamètre

2.8. L’hexamètre comme machine à produire des répétitions
2.8.1. Métriques et formules dans les Posthomériques de Quintus de Smyrne
2.8.2. Fonctionnement du principe de l’analogie
dans la poésie de Quintus
2.8.3. Conclusions relatives à l’hexamètre

2.9. Hector et les mots qui se répètent
2.9.1. Répétitions internes et répétitions externes
2.9.2. Répétitions et transformations
2.9.3. Voici le tombeau d’un guerrier mort autrefois : Hector et le nom de Patrocle
2.9.4. Un homme excellant au combat
2.9.5. Le tombeau d’un guerrier mort autrefois
2.9.6. Le tombeau de l’homme sans nom

2.10. L’histoire perdue
2.10.1. L’histoire transformée ou la vie de la formule
2.10.2. Les pulsations de la mémoire
2.10.3. Effet de cluster et rapports in absentia
2.10.4. Mémoire à court et mémoire à long terme
2.10.5. Répétition et tradition dans la poésie homérique


Chapitre 3
L’ordre du sceptre : Le héros et la loi

3.1. Le modèle platonicien d’une histoire de la justice
3.1.1. Platon, les Cyclopes et la justice naturelle
3.1.2. L’époque des héros ou l’âge de l’anarchie
3.1.3. Droit de la famille et droit de la cité
3.1.4. Le Cyclope et le droit de la famille : la thèse de Glotz
3.1.5. De L. Gernet à E. Benveniste : Polyphème, chef de famille modèle ou sauvage ?
3.1.6. La critique de A. Adkins
3.1.7. La thèse de M. Gagarin

3.2. Themis et dikê dans le camp des Achéens
3.2.1. Le camp des Achéens
3.2.2. L’agora et la themis
3.2.3. Themis et dikê
3.2.4. La conscience « sociale » d’Achille
3.2.5. Valeurs du sceptre
3.2.6. Achille à l’extrémité du camp achéen
3.2.7. Achille et Télémaque : le sceptre jeté à terre

3.3. Les filles d’Agamemnon
3.3.1. La proposition d’Agamemnon
3.3.2. De l’honneur bafoué à l’honneur rétabli
3.3.3. Le double langage d’Agamemnon ou la lettre ajoutée
3.3.4. L’offre de mariage
3.3.5. L’expression du mariage dans l’Iliade
3.3.6. Chrysothemis, Laodikê et Iphianassa
3.3.7. Les présents de mariage
3.3.8. La prudence de Nestor
3.3.9. Les corrections d’Ulysse
3.3.10. Le compromis refusé
3.3.11. La mémoire d’Achille
3.3.12. L’oubli d’Iphigénie
3.3.13. L’Iliade et la tradition orale
3.3.14. Les limites de la justice


Chapitre 4
L’ordre de la lyre : le héros et l’histoire des ancêtres

4.1. La mémoire de Phoinix
4.1.1. La lyre d’Achille
4.1.2. Histoire d’un fils maudit
4.1.3. Amyntor ou le père castrateur
4.1.4. Statut de l’épouse et de la concubine
4.1.5. Naissances droites et naissances obliques
4.1.6. Histoires de marâtres et de pères maudissant leur descendance
4.1.7. Les imprécations d’Amyntor

4.2. La peur du parricide
4.2.1. Phoinix ou l’histoire d’un genos retrouvé
4.2.2. L’histoire de Pélée
4.2.3. Mariage et justice
4.2.4. Les mariages malheureux de Pélée ou l’histoire d’un homme sans descendant
4.2.5. L’épouse infidèle : le motif de Potiphar

4.3. Le sexe des dieux
4.3.1. Sexualité humaine et sexualité divine

4.4. Les hauts faits des héros d’autrefois
4.4.1. La colère de Méléagre
4.4.2. L’histoire de Méléagre et ses variantes
4.4.3. La variante du « tison »
4.4.4. L’invention de Cléopatra
4.4.5. Cléopatra ou l’apparition du personnage parfait
4.4.6. La notion de « passé »
4.4.7. La geste des ancêtres et l’ordre de la justice
4.4.8. La limite de l’interprétation de Havelock


Chapitre 5
Patrocle ou la memoire de l’Iliade

5.1. Patrocle ou le héros au nom parfait
5.1.1. Remarques sur la morphologie des anthroponymes homériques
5.1.2. Identité et noms parlants
5.1.3. Le nom qui renvoie au père
5.1.4. Mémoire des ancêtres, nom et destin
5.1.5. Nom et renom : l’étymologie du terme kleos
5.1.6. Ambiguïté du nom
5.1.7. Le nom de Patrocle
5.1.8. Patrocle et son mystérieux double
5.1.9. Pourquoi m’appelles-tu ?
5.1.10. Nestor comme figure modèle
5.1.11. Nestor et la voix des pères

5.2. Patrocle à l’écoute de son nom : la mémoire d’une autre histoire
5.2.1. L’Iliade et l’Ethiopide381
5.2.2. Antiloque modèle de Patrocle
5.2.3. Les épithètes de Patrocle
5.2.4. La thèse de Krischer : Patrocle cocher d’Achille
5.2.5. Les Néoanalystes inspirés par les oralistes
5.2.6. L’Iliade et la mort d’Antiloque
5.2.7. Antiloque remplaçant de Patrocle
5.2.8. Savoir et mémoire de l’Iliade : le problème des références
5.2.9. Pindare et la tradition homérique

5.3. L’Iliade contre la Memnonide
5.3.1. De quelques noms qui semblent hanter la mémoire de l’aède

5.4. L’inquiétude refoulée d’Achille : le nom non entendu

5.5. L’accusation de Patrocle : Achille hors du temps épique
5.5.1. Achille sans père ni mère

Chapitre 6
Conclusion

6.1. L’ordre du sceptre rétabli
6.1.1. L’inévitable mort de Patrocle
6.1.2. L’intervention d’Ulysse
6.1.3. La parole d’Ulysse ou la fausse conclusion de l’Iliade

6.2. Achille hors du temps humain

6.3. La mémoire d’Achille
6.3.1. L’intervention d’Hermès
6.3.2. Pères retrouvés ou fils perdus ?
6.3.3. La rencontre manquée
6.3.4. La mémoire d’Achille
6.3.5. Ethique et mémoire

6.4. Appendice : l’Iliade entre l’écrit et l’oral
6.4.1. Résultats de la thèse et question homérique
6.4.2. L’écriture ou la mort de la tradition orale ?
6.4.3. L’histoire d’une révolution progressive
6.4.4. R. Finnegan et la thèse d’une fixation orale de la poésie
6.4.5. Le concept de panhellénisation et la fixation de la poésie traditionnelle
6.4.6. Le processus de laïcisation
6.4.7. De la parole divine à la parole humaine
6.4.8. L’Iliade ou le fossile d’une ultime métamorphose de la poésie orale

Liste des abréviations

Bibliographie