Collections : Accueil - RELIGION - Atopia

DU FAUR DE PIBRAC - G. FAVRE A. - GUICHARD Cl. - COLLERET G. - MATHIEU P.  

Quatrains moraux

2-84137-229-4 - Année : 2000 - 240 Pages - 24 €
Edition établie et annotée par Eric Tourrette
COMMANDE


Plusieurs dizaines de poètes, parfois brillants, ont rivalisé d’ingéniosité pour enclore dans l’étroit espace de quatre vers autonomes une loi morale, une méditation philosophique, une paraphrase de l’Écriture, une pensée de sagesse quotidienne… Le moins méconnu de ces « poètes tétrastiches » est Guy du Faur de Pibrac, dont les quatrains (1574-1576) ont longtemps constitué un incontournable manuel pour l’éducation morale des enfants. Ils se voient ici accompagnés d’autres recueils, conformément à une longue tradition éditoriale, où l’anthologie et l’éclectisme sont de mise. Le Président Antoine Favre, père de Vaugelas, applique à la réflexion morale l’exigence méticuleuse et le souci du détail du célèbre jurisconsulte qu’il était. Claude Guichard propose dans ses Quatrains de la vanité du monde (composés avant 1607) un saisissant commentaire de l’Ecclésiaste où fusent constamment les images de l’instabilité, de la fugacité et de la métamorphose, ce qui en fait un chef-d’œuvre de la poésie baroque. Pierre Mathieu, à qui on a longtemps attribué le recueil précédent en raison d’une très sensible parenté de ton et d’esthétique, est probablement le plus troublant de tous ces poètes ; ses Tablettes de la vie et de la mort (1610) sont une méditation funèbre et solennelle, sombre et glaçante, sur la finitude des choses humaines. Auteur plus tardif, et peut-être rétrograde, Guillaume Colletet, premier critique à avoir étudié systématiquement le genre, l’illustre à sa façon dans sa Nouvelle Morale(1658), une œuvre de forme testamentaire, adressée à son fils, et empreinte de toute la gravité d’un double chant du cygne : celui d’un homme, celui d’un genre aussi.