Collections : Accueil - PHILOSOPHIE - Hors collection philo

TOSQUELLES François  

Le vécu de la fin du monde dans la folie

Le témoignage de Gérard de Nerval

2-84137-282-9 - Année : 2012 - 216 Pages - 20 €
Préface de Jean Oury
COMMANDE


Voué à la clinique psychiatrique, ce travail résulte de la convergence de préoccupations cliniques concrètes et du besoin de préciser le caractère humain du fou, le sens dramatique de sa vie.
Au cours de nos recherches sur la vie des psychotiques, nous nous sommes arrêtés devant certains phénomènes vécus qui nous ont paru susceptibles de constituer un vrai fil d'Ariane dans la connaissance du drame de l'aliéné. L'Aurélia de Nerval s'est alors imposée à nous. Nous l'avons reprise à la lumière de nos connaissances psychopathologiques : sa « véracité clinique » nous est alors apparue. Une fois l'oeuvre intégrée dans la vie de son auteur, notre conviction s'est affirmée : Aurélia pouvait se ranger dans nos dossiers cliniques. Le « cas » Nerval ne devait tout d'abord constituer qu'un exemple parmi d'autres dans une oeuvre touffue d'observations. Mais, au fur et à mesure que nous avancions dans l'étude des autres cas, Aurélia devenait un vrai « modèle » clinique.
Si nous avons choisi le témoignage de Nerval pour étayer nos thèses ce n'est pas sans hésitation et sans avoir triomphé du malaise engendré chaque fois qu'un psychiatre aborde l'étude d'un homme de génie. F. T.

L'ouvrage reprend le texte de la thèse de médecine soutenue en 1948 à la Faculté de Paris par le célèbre psychiatre catalan, un des fondateurs de la psychothérapie institutionnelle.


______________________

SOMMAIRE

Préface par Jean Oury

Avant-propos de l'édition 1986

Introduction

Première partie
I. L'attitude du malade devant sa maladie
II. Quelques précisions sur la notion de vécu et d'expérience vécue
III. L'expérience vécue de la fin du monde en psychopathologie
IV. La sphère de l'existence esthétique selon Kierkegaard et la forme de vie de certains malades mentaux
Deuxième partie :

Le témoignage de Gérard de Nerval

Considérations finales