Collections : Accueil - PHILOSOPHIE - Nomina

DANTE - TRISSINO - FIRENZUOLA  

Sur la langue italienne

2-84137-225-6 - Année : 2008 - 320 Pages - 23 €
Textes traduits et annotés par Claude Malherbe et Jacqueline Malherbe-Galy, et présentés par Jean-Luc Nardone
COMMANDE


En 1529, à Vérone, Giangiorgo Trissino faisait paraître la première traduction en langue italienne d’un texte de Dante alors quelque peu oublié, le De vulgari eloquentia, composé par l’illustre Florentin vers 1305. Ce dense petit traité est un plaidoyer implacable en faveur de la légitimité de l’usage de la langue vulgaire italienne dans la littérature, un volgare illustre, cela va sans dire, limé par les plus grands intellectuels d’Italie. Or, lorsque la traduction de Trissino paraît, le débat sur la langue est, dans la péninsule, l’une des préoccupations majeures des érudits : Bembo, Castiglione, Machiavel, Speroni participent activement à ce débat polémique, tout comme Trissino qui a publié en 1524 une Epistola adressée au pape Clément VII dans laquelle il propose l’ajout de lettres nouvelles destinées à mieux décrire les sons de la langue italienne. Sur-le-champ, en cette même année, Firenzuola, dans un bref pamphlet cinglant teinté de dérision, éreinte la démonstration de Trissino au profit d’un italien fondé sur le seul toscan. C’est dans ce contexte que Trissino publie sa traduction de Dante ainsi qu’un dialogue, Il Castellano (1529) qui défend l’idée d’une langue issue de l’ensemble des dialectes italiens, épurée, polie, dans le droit fil, estime-t-il, du De vulgari.


______________________

SOMMAIRE

Introduction

Dante Alighieri
De l’Éloquence vulgaire

Giangiorgio Trissino
Épître sur les lettres nouvellement ajoutées dans la langue italienne

Agnolo Firenzuola
Bannissement des nouvelles lettres qui ont été inutilement ajoutées dans la langue toscane

Giangiorgio Trissino
Dialogue intitulé Le Gouverneur du château Saint-Ange, dans lequel on traite de la langue italienne

Bibliographie des ouvrages cités