Collections : Accueil - RELIGION - Atopia

PÉTRARQUE  

Les remèdes aux deux fortunes - 1354

(De remediis utriusque fortune)

2-84137-138-7 - Année : 2002 - 1976 Pages - 55 €
Texte établi et traduit par Christophe Carraud

2 volumes, ne se vendent pas séparément :
- texte et traduction : 1168 p.
- notes et commentaires :806 p. - 55 € les deux volumes

COMMANDE


Voici l’œuvre la plus vaste et sans doute la plus ambitieuse que Pétrarque ait écrite, le traité Des remèdes aux deux fortunes (1354-1366) : 254 dialogues portant sur toutes les situations de l’existence, sur toutes les suggestions de la vie ; s’y s’affrontent, peut-être sans espoir de réconciliation, les éléments qui nous font vivre, la Raison inlassable et les Passions obtuses, à la recherche d’un sens et d’une possibilité de bonheur. Le projet de Pétrarque, nourri du plus vaste savoir antique et médiéval, de l’analyse stoïcienne des passions et chrétienne des vices et des vertus, est de confronter ce fonds si solide et si bien établi à la diversité des réalités contemporaines, dans l’idée de répondre à cette seule question : qu’est-ce qui tient dans la vie que nous menons ? Car les temps ont changé, et le monde alentour impose de mettre la Raison à l’épreuve de toutes les propositions du réel : d’où une forme inédite jusqu’alors, une variation indéfinie sur le phénomène de la vie, qui montre, dans cet ouvrage éperdument désireux de fournir une somme de l’existence, l’incapacité nouvelle à accéder à une figure objective de la totalité. La Raison, devant la profusion du réel, le changement de la société, ne peut plus se satisfaire des schémas anciens. Il se peut qu’avec ce texte nous entrions dans un nouvel âge de la Raison : inquiète, et toujours à recommencer. Une somme donc, mais sans organisation, donnant une issue exclusivement morale aux savoirs antérieurs, et soumise à la figure naissante de l’écrivain. Car c’est l’auteur qui suppléera désormais à la certitude ancienne des lieux, de l’architecture et des pensées — c’est-
à-dire une mouvance, là où il y avait une assurance. Et par lui, chaque homme à son tour, requis de comprendre les figures d’un monde qui l’excède à mesure qu’il le construit.
(Première traduction - édition bilingue)


______________________

SOMMAIRE

Tome I


LIVRE PREMIER.


Préface
I. 1. La fleur de l’âge et l’espoir d’une vie durable
I. 2. La beauté du corps
I. 3. Une bonne santé
I. 4. Recouvrer la santé
I. 5. La force physique
I. 6. La vitesse et l’agilité
I. 7. L’esprit
I. 8. La mémoire
I. 9. L’éloquence
I. 10. La vertu
I. 11. La réputation de vertu
I. 12. La sagesse
I. 13. La religion
I. 14. La liberté
I. 15. Une patrie glorieuse
I. 16. La noblesse
I. 17. La fortune
I. 18. La bonne chère
I. 19. Les banquets
I. 20. Les beaux vêtements et le souci de l’apparence
I. 21. Le loisir et le repos
I. 22. Une agréable odeur
I. 23. La douceur de la musique
I. 24. La danse
I. 25. Le jeu de paume
I. 26. Les dés et les échecs
I. 27. La chance au jeu
I. 28. Les amuseurs
I. 29. Les jeux du stade
I. 30. Les spectacles
I. 31. Les chevaux
I. 32. La chasse et la fauconnerie
I. 33. Une nombreuse domesticité
I. 34. Une demeure luxueuse
I. 35. Les places fortes
I. 36. Les meubles précieux
I. 37. Les perles et les pierres
I. 38. Les coupes de pierres précieuses
I. 39. Les pierres gravées en entaille
I. 40. Les tableaux
I. 41. Les statues
I. 42. Les vases de Corinthe
I. 43. L’abondance des livres
I. 44. La réputation des écrivains
I. 45. L’enseignement.
I. 46. Les titres académiques
I. 47. Les titres et les fonctions publics
I. 48. Le prestige des armes
I. 49. L’amitié des rois
I. 50. De nombreux amis
I. 51. Les amis qu’on ne connaît que de réputation
I. 52. Un ami unique et fidèle
I. 53. Les richesses
I. 54. La découverte d’une mine d’or
I. 55. La découverte d’un trésor
I. 56. Les prêts à intérêt
I. 57. Une bonne terre
I. 58. Les jardins
I. 59. Les troupeaux de bétail
I. 60. Les éléphants et les chameaux
I. 61. Les singes et autres animaux de cirque
I. 62. Les paons, les volailles, les poules, les abeilles et les pigeons
I. 63. Les bassins
I. 64. Les volières, les volatiles qui parlent et les oiseaux gazouilleurs
I. 65. Un beau mariage
I. 66. Une belle épouse
I. 67. Une épouse féconde qui fait des phrases
I. 68. Une belle dot
I. 69. Les liaisons amoureuses
I. 70. La naissance d’enfants
I. 71. Un bébé qui vous sourit
I. 72. De beaux enfants
I. 73. Un fils qui a du courage et de la grandeur d’âme
I. 74. Une fille chaste
I. 75. Un gendre remarquable
I. 76. Les secondes noces
I. 77. Le mariage de ses enfants
I. 78. Les petits-enfants, les neveux et les nièces
I. 79. Les enfants adoptifs, et ceux d’un premier lit
I. 80. Un excellent professeur
I. 81. Un élève remarquable
I. 82. Un excellent père
I. 83. Une mère très aimante
I. 84. Des frères et sœurs affectueux et de beau visage
I. 85. Un bon seigneur
I. 86. La douceur de l’air
I. 87. Une heureuse traversée
I. 88. Arriver à bon port
I. 89. La sortie de prison
I. 90. Une vie tranquille
I. 91. Le pouvoir
I. 92. La gloire
I. 93. Des bienfaits largement dispensés
I. 94. L’amour du peuple
I. 95. S’arroger le pouvoir suprême
I. 96. La royauté et l’empire
I. 97. Une belle armée
I. 98. Armer une flotte
I. 99. Machines de guerre et balistes
I. 100. Avoir un trésor en réserve
I. 101. La vengeance
I. 102. L’espoir de la victoire
I. 103. La victoire
I. 104. La mort d’un ennemi
I. 105. L’espérance de la paix
I. 106. La paix et les trêves
I. 107. Le pontificat
I. 108. Le bonheur
I. 109. Avoir bonne espérance
I. 110. L’attente d’un héritage
I. 111. L’alchimie
I. 112. Les horoscopes
I. 113. Une bonne nouvelle
I. 114. L’attente d’un fils, d’un ami, d’un fermier ou d’une épouse
I. 115. L’attente de temps meilleurs
I. 116. Espérer l’avènement d’un prince
I. 117. L’espérance de la gloire posthume
I. 118. Espérer la gloire des monuments
I. 119. Espérer la gloire de ses fréquentations
I. 120. Des espérances infinies
I. 121. Espérer la paix de l’âme
I. 122. L’espoir de la vie éternelle

livre second.


Préface
II. 1. La laideur
II. 2. La faiblesse physique
II. 3. Une mauvaise santé
II. 4. Une patrie sans éclat
II. 5. Une basse extraction
II. 6. Une naissance illégitime
II. 7. La servitude
II. 8. La pauvreté
II. 9. Des temps difficiles
II. 10. Une maigre chère
II. 11. Naître dans la pauvreté
II. 12. Une nombreuse progéniture
II. 13. Perdre de l’argent
II. 14. Les cautions
II. 15. Perdre son temps
II. 16. La malchance au jeu
II. 17. Voir sa fiancée donnée à un autre
II. 18. Perdre sa femme
II. 19. Une femme revêche
II. 20. Se voir enlever sa femme
II. 21. Une femme impudique
II. 22. Une femme stérile
II. 23. Une fille impudique
II. 24. Subir le déshonneur d’autrui
II. 25. La diffamation
II. 26. Les louanges indignes, et la honte qu’on en ressent
II. 27. Les amis infidèles
II. 28. Les ingrats
II. 29. De mauvais serviteurs
II. 30. Des serviteurs qui s’en vont
II. 31. Des voisins fâcheux
II. 32. Avoir des ennemis
II. 33. Être dans l’incapacité de se venger
II. 34. La haine populaire
II. 35. Susciter l’envie
II. 36. Le mépris
II. 37. Les promesses qui tardent à se réaliser
II. 38. Les refus
II. 39. Un maître injuste
II. 40. Un professeur ignorant
II. 41. Un élève arrogant et indiscipliné
II. 42. Une belle-mère
II. 43. La dureté d’un père
II. 44. Un fils révolté
II. 45. Un frère hargneux.
II. 46. Perdre son père
II. 47. Perdre sa mère
II. 48. Perdre son fils
II. 49. La mort accidentelle d’un enfant
II. 50. Un enfant qui n’est pas le sien
II. 51. Perdre son frère
II. 52. La mort d’un ami
II. 53. L’absence des amis
II. 54. Un grand naufrage
II. 55. Un incendie
II. 56. De grandes difficultés, et de grandes fatigues
II. 57. Un voyage difficile
II. 58. Une année stérile
II. 59. Un fermier malhonnête et arrogant
II. 60. Les voleurs
II. 61. Les brigands
II. 62. Les escrocs
II. 63. Un petit logement
II. 64. La prison
II. 65. La torture
II. 66. Un verdict injuste
II. 67. L’exil
II. 68. Le siège de sa patrie
II. 69. La destruction de sa patrie
II. 70. La crainte de perdre la guerre
II. 71. Un compagnon de combat obtus et téméraire
II. 72. Un commandement incompétent et irresponsable
II. 73. Une bataille perdue
II. 74. La guerre civile
II. 75. Le désaccord intime et les hésitations de l’âme
II. 76. Être dans l’incertitude
II. 77. Recevoir des blessures
II. 78. Un roi qui n’a pas de fils
II. 79. Perdre son royaume
II. 80. La trahison
II. 81. La perte de la tyrannie
II. 82. La perte d’un château
II. 83. La vieillesse
II. 84. La goutte
II. 85. La gale
II. 86. L’insomnie
II. 87. L’inquiétude des songes
II. 88. Une célébrité importune
II. 89. La souffrance que cause la mauvaise conduite des hommes
II. 90. Être agacé par les petites choses de la vie
II. 91. Les tremblements de terre
II. 92. Une peste qui ravage tout le pays
II. 93. Tristesse et misère
II. 94. Les rages de dents
II. 95. Le mal de jambes
II. 96. La cécité
II. 97. La surdité
II. 98. La fatigue de vivre
II. 99. La lourdeur du corps
II. 100. Avoir l’esprit lent
II. 101. Avoir mauvaise mémoire
II. 102. N’avoir pas d’éloquence
II. 103. Perdre l’usage de la parole
II. 104. Le manque de vertu
II. 105. La convoitise
II. 106. Éprouver de l’envie
II. 107. La colère
II. 108. La gourmandise
II. 109. L’hébétude
II. 110. La luxure
II. 111. L’orgueil
II. 112. La fièvre
II. 113. Les coliques et les évanouissements
II. 114. Une souffrance et une faiblesse de tout le corps
II. 115. La folie
II. 116. Le poison
II. 117. La peur de la mort
II. 118. Le suicide
II. 119. La mort
II. 120. Une mort prématurée
II. 121. Une mort violente
II. 122. Une mort ignominieuse
II. 123. Une mort subite
II. 124. Tomber malade hors de son pays
II. 125. Mourir hors de son pays
II. 126. Mourir en état de péché
II. 127. Mourir en s’inquiétant du sort de son patrimoine et de ses enfants
II. 128. Mourir en se demandant ce que sa femme fera après son décès
II. 129. Mourir en s’inquiétant du sort de sa patrie après sa mort
II. 130. Mourir en s’inquiétant de la réputation qu’on laisse
II. 131. Mourir sans enfants
II. 132. Mourir dans la crainte d’être privé de sépulture

Tome II

Préface, par Giuseppe Tognon :
Le bonheur à l’âge moderne : Pétrarque et la « lectio mundana »



Introduction, par Christophe Carraud.
La totalité de l’expérience — Une somme intermédiaire, avant l’invention des fictions — La forme dépouillée — Vie et représentation, ou le mirage de l’écart aboli — Conscience de cette chimère — L’antidote de la visée morale — La spéculation mise en doute — Qu’est-ce qui tient ? — L’épreuve par la vie
— Extension de l’œuvre — Situation de la conscience — Perfection des édifices antérieurs — Faire autre chose — Le stoïcisme comme milieu — L’attente du public — L’invention d’un autre placement de la parole — Le sage en tiers
— Augustin sous Sénèque — Le point de départ de l’évidence — Deux déplacements : la mode refusée de la Fortune, la reprise décalée des lieux moraux
— Antiquité et christianisme : la suture de l’émotion — La visée éducative : œuvre et formation humaine — L’ambition de la totalité — L’indifférence à la cohérence — Le poids des circonstances : humanisme et déshumanisation
— L’échec de toute composition — Le palliatif par la subjectivité — Effets de l’éparpillement : la fortune de l’œuvre — L’auteur et son triomphe tronqué. — Situation nouvelle de la raison.


Les traductions françaises, et celle-ci en particulier, avec quelques considérations sur la langue de Pétrarque.
Deux traductions anciennes (1378 et 1503) — Leur critique par Grenaille — Le « Petrarque françois » et l’adaptation du sieur de Chatounières (1650-1660) — Pétrarque irrégulier — Les réserves de l’abbé de Sade (1764) — Les Remèdes à l’alambic — Develay, un traducteur zélé (1880) — Deux tentatives de traduction contemporaine (1974 et 2001) — Portrait du traducteur en idéologue — Les Remèdes reformatés — La langue de Pétrarque — La chimère du pur latin — Lire et écrire : la conversation — Miel et butinage — Dépouillement et polyphonie — La langue de l’objet — Humour et virtuosité — La brume des mots — Encyclopédisme et for intérieur.


Les notes et leur placement, où il est question de la difficulté qu’il y a à savoir ce que Pétrarque a lu, et des choix qu’en lisant nous avons déjà prononcés.
Principes de l’annotation — Qui annote ? — L’« information » — Attente déçue par les éditions critiques — Portrait de nous-mêmes, non des objets — Les Remèdes et leur exigence particulière — Rapport singulier au lecteur : la notion d’œuvre et celle de morale — Réponse par le « lieu commun » — La question du destinataire — Formalisation de la vérité ? — Les Remèdes comme bibliothèque — Elle se suffit à elle-même — Les présupposés habituels de l’annotation — Motifs de leur caducité — Étrangeté de la lecture moderne — Le dispositif prévu par les Remèdes — La lecture médiévale brouille les pistes — Pétrarque écolier, Pétrarque écrivain — Les pièges de l’institution scolaire et ceux des instruments contemporains — Pétrarque et nous, ou la disparition
nécessaire — Qu’allons-nous faire du texte ?

Note sur le texte, qui fera considérer quelques pratiques.
Les éditions utilisées — Pourquoi celles-là — Éloignement des manuscrits —L’aubaine des recenseurs — Beauté des éditions anciennes.

Éléments de bibliographie.

Annexe I.
Les prologues des traductions anciennes (1378 et 1503).

Annexe II.
L’abrégé d’Adrien le Chartreux (ca. 1400).

Annexe III.
Daniel Willard Fiske. Bibliographical Notices, III. Francis Petrarch’s De Remediis Utriusque Fortunae, Text and Versions (1888).

Notes du Livre I.
Date.
Titre.
La forme du dialogue
Le dédicataire.
Notes de la Préface.
Notes des dialogues 1 à 122.
Notes du Livre II.
Notes de la Préface.
Notes des dialogues 1 à 132.

Index des citations faites comme telles par Pétrarque dans les Remèdes, et des paraphrases les plus précises.
I. Textes scripturaires
II. Auteurs anciens

Index des noms figurant dans les Remèdes.

Index des noms et des œuvres cités dans l’introduction et les notes.