Collections : Accueil - RELIGION - Atopia

LOPE DE VEGA  

Bergers de Bethléem - 1612

Proses et vers sacrés Livres IV-V

2-84137-204-9 - Année : 2007 - 192 Pages - 19 €
Traduit et présenté par Yves Roullière
COMMANDE


Bergers de Bethléem (1612) est un des chefs-d’œuvre (inédit en français) de Lope de Vega et l’un de ses plus grands succès (on n’en compte plus les rééditions ou réadaptations). Écrit en pleine maturité, au sommet de sa gloire, il s’agit d’une de ses œuvres totales, de celles qui résument tout son art. Lope, à l’âge de cinquante ans, avant d’être accepté dans le tiers-ordre franciscain, vient d’entrer dans la congrégation des « esclaves du Très-Saint Sacrement ». Il s’agira, selon ses propres dires, de ses « meilleures années », durant lesquelles il composera de nombreuses pièces religieuses (dont ses fameux Soliloques amoureux d’une âme à Dieu).
Trois genres littéraires s’imbriquent dans Bergers de Bethléem. D’abord, le genre didactique (paraphrase des Étymologies d’Isidore de Séville) qui constitue en soi un bon document sur la pratique de l’exégèse teintée d’astrologie et d’ésotérisme que les auteurs renaissants utilisaient sans complexe à la Renaissance, y compris dans leurs ouvrages apologétiques. On retrouve aussi et surtout dans cette œuvre le génie poétique de Lope : la plupart des spécialistes s’accordent pour dire que les sonnets, gloses, romances, villanelles, paraphrases psalmiques, etc., de Bergers de Bethléem sont parmi les plus inspirées de son œuvre. On sait son excellence à décrire le sentiment amoureux et à camper comme de l’intérieur des personnages de femmes (cf. La Dorotea). On connaît moins sa manière d’exprimer le sentiment enfantin sous ses multiples aspects qui touchent ici au sublime. En dernier lieu, on retrouve évidemment le génie théâtral de Lope à travers ses nombreux dialogues (louanges, défis, jeux de mots, etc.) des bergers entre eux et avec chaque personnage rencontré en cours de route. Ces dialogues, à la fois naïfs et savants, selon la loi du genre, ont le liant indispensable pour rendre crédible le passage du didactique au poétique.