Collections : Accueil - RELIGION - Atopia

JACQUES IV d'Ecosse  

Nouvelles d'Ecosse - 1591

suivi de Démonologie (1597)

2-84137-256-0 - Année : 2010 - 224 Pages - 24 €
Avant propos de Pierre Kapitaniak / Traduction (anglais), introduction et notes d'humeur par Jean Migrenne
COMMANDE


Vers la fin des grandes tourmentes qui plongent l’Europe dans les querelles et guerres de religion, au moment où William Shakespeare crée un monde à son image, Jacques Stuart, sixième du nom, règne sur l’Écosse (à la mort d’Elisabeth en 1603, il devient Jacques Ier d’Angleterre et unit les deux couronnes). Ce jeune roi laisse dans la langue et la civilisation du monde anglophone une trace au moins aussi forte et qui n’a pas fini de marquer styles et esprits : il commandite une nouvelle traduction de la Bible (King James Bible) qui fait autorité pendant quatre siècles et façonne encore l’écriture et la pensée de tous ceux qui écrivent en anglais de par le monde, quelles que soient leur religion ou leur origine. Sous sa signature, le Roi laisse quelques textes, dont deux traités politiques : The Trew Law of Free Monarchies et Basilikon Doron, ce dernier écrit pour l’édification de son jeune fils Henri. Une affaire de sorcellerie ayant trait aux péripéties de son mariage, et mêlée aux sombres intrigues entourant le trône d’Écosse comme il était de coutume, lui donne l’occasion de rédiger un traité de démonologie, dans lequel il appelle à la plus grande sévérité à l’égard du crime de sorcellerie. Ni ce traité, Dæmonologie, publié pour la première fois en 1597, ni le récit des faits relatifs à cette affaire ainsi qu’à sa conclusion tragique (Newes from Scotland), paru en 1591, n’avaient, à ce jour été traduits en français. C’est maintenant chose faite grâce à Jean Migrenne. Traduction et faits sont éclairés par des notes d’humeur ainsi que par leur mise en perspective dans la sphère britannique. Le tout s’appuie sur les toutes récentes études et exploitations d’archives parues en Grande-Bretagne. Un avant-propos de Pierre Kapitaniak replace les faits dans le contexte spécifique des relations entre pouvoir et sorcellerie ainsi que celui des chasses aux sorcières qui embrasent l’Europe à fin du XVIe siècle.