Collections : Accueil - RELIGION - Atopia

HILDEGARDE DE BINGEN  

Le livre des subtilités des créatures divines XIIe s.

Tome 1 : plantes, pierres, métaux, éléments

2-905614-21-8 - Année : 2002 - 262 Pages - Epuisé
Traduit du latin par Pierre Monat et présenté par Claude Mettra
(1ère éd. 1988, 2e éd. 1996)

Ouvrage réimprimé ensemble avec le tome 2, dans cette même collection sous le titre de Physica

COMMANDE


Première édition française, traduite de la Patrologie Latine, des œuvres physiques d'Hildegarde de Bingen.

Frappée de lumière, Hildegarde entend la musique sacrée de la vie : elle pose son regard sur les plantes, les métaux, les rochers, les animaux, en y voyant à chaque fois une étincelle de paradis. Sous la plume d'Hildegarde, chaque élément sensible se transfigure, devient sensible et sensuel, agité d'humeurs malignes ou de langoureuses caresses.

Science ou art de voir ? On trouve la trace d'antiques savoirs, mais aussi l'expression d'une « solidarité » avec toutes les formes, visibles ou invisibles, du vivant.



_____________________

EXTRAIT

Ch. XIX: LA RUBELLITE (Ligurius)

La rubellite est chaude. Elle naît de n'importe quelle urine et particulièrement de celle du lynx. En effet, le lynx n'est pas un animal lascif, libidineux ou immonde, mais il a, en quelque sorte, un tempérament égal. Sa puissance est si grande qu'elle pénètre dans les pierres, et sa vue est si pénétrante qu'il est rare qu'elle soit obscurcie. Ce n'est pas toujours que son urine donne naissance à une rubellite, mais simplement quand le soleil est plein d'ardeur, que le vent est faible, doux et bien tempéré. En effet, cet animal trouve sa joie dans la chaleur et la pureté du soleil, ainsi que dans la douceur d'un vent léger. Lorsque, dans ces conditions, il veut uriner, il creuse la terre de son pied et répand son urine dans le trou: c'est alors que, sous l'effet de l'ardeur solaire, la rubellite se coagule et prend forme.
Du fait de l'éclat du soleil et de la douceur de l'air qui, en touchant l'animal, lui ont causé grande joie, du fait également de sa grande force, son urine se réchauffe et, lorsqu'elle est émise, elle se coagule dans le trou, et il se forme ainsi dans la terre l'agglomérat d'une pierre magnifique, qui est plus douce que les autres pierres.
Si on souffre beaucoup de l'estomac, il faut mettre une rubellite pendant un moment dans du vin, de la bière ou de l'eau; le liquide s'imprègne des vertus de la pierre et les prend en lui. Répéter cela pendant cinq jours et donner un peu de ce liquide à boire au malade, quand il a mangé, et non quand il est à jeun. Et il n'y a aucune fièvre ni aucune maladie, si forte soit-elle, sauf si elle est mortelle, dont son estomac ne puisse ainsi être débarrassé, purifié et sauvé, sauf s'il s'agit de la mort. Mais que personne d'autre n'aille prendre de cette potion pour une maladie autre que celles de l'estomac. Il ne pourrait survivre, car sa force est telle qu'elle causerait du tort à son cœur et ferait éclater sa tête.
En revanche, si quelqu'un éprouve des difficultés à uriner, au point de ne plus pouvoir émettre d'urine, il mettra une rubellite pendant une journée dans du lait de vache ou de brebis, mais pas de chèvre. Le second jour il l'enlèvera, fera chauffer ce lait et l'absorbera. Il fera pendant cinq jours et il débloquera ainsi la source de l'urine.