Collections : Accueil - HISTOIRE - Mémoires du Corps

BRIGHT Timothy  

Traité de la mélancolie - 1586

2-84137-033-X - Année : 1996 - 288 Pages - 22.87 €
Texte traduit de l'anglais et présenté par Eliane Cuvelier

COMMANDE


A la fin du xvie siècle et au début du xviie, l'Europe se passionne pour la mélancolie. Bien connue et sans cesse décrite au cours de l'Antiquité et du Moyen Age, elle apparaît comme le signe du génie. D'autant que la mode en vient d'Italie, référence absolue de l'honnête homme de la Renaissance. Ainsi s'explique la popularité des écrits traitant des symptômes, tant physiologiques que mentaux, de la maladie : ils alimentent les croyances, justifient les attitudes, et inspirent peintres, poètes et dramaturges. A l'étude de cette singulière « maladie de l'âme », médecins et théologiens apportent leur contribution. Timothy Bright, exerçant à l'hôpital St. Bartholomew de Londres, mais aussi attiré par la vocation religieuse, possède donc la double compétence requise pour traiter des rapports du corps et de l'esprit. L'ami fictif auquel son livre s'adresse présente toutes les caractéristiques du sujet mélancolique : il souffre physiquement, psychologiquement et moralement.

Le Traité de la mélancolie est le premier ouvrage anglais de la Renaissance sur la maladie mentale. Il semble certain que l'ouvrage inspira Shakespeare pour son personnage de Hamlet.