Collections : Accueil - PHILOSOPHIE - Krisis

SOUCHE-DAGUES Denise  

Du Logos chez Heidegger

2-84137-085-2 - Année : 1999 - 136 Pages - 14.48 €
COMMANDE


Le traitement de logos par Heidegger est complexe: logos est en effet la cible de sa critique de la Raison et de la Logique, cette dernière réglant pour les Modernes, en tant que « métaphysique », la pensée de ce qui est. - Pour retourner cette tradition, Heidegger veut trouver chez Héraclite une parenté, qu'il juge originaire, de logos et d'être. Cette double mise en perspective, critique et ontologique, a un sol parfaitement explicite, qui est le refus du Logos néo-testamentaire. Dès lors la « théologie » est par Heidegger tout à la fois récusée, refoulée, et cependant reconnue ; elle a pour avatar une pensée de la Parole qui célèbre le Sacré et en appelle au « dernier dieu ». Ce rapport énigmatique commande celui qu'il entretient avec l'idéalisme allemand. La méditation de logos est ainsi l'instrument du déni opposé par Heidegger aux onto-théologies, lesquelles relèvent de la « christianité ». Mais aussi elle inspire la nostalgie d'une ardeur païenne dont Heidegger invite les Allemands à puiser les ressources auprès de Hölderlin.