Collections : Accueil - PHILOSOPHIE - Krisis

HUSSERL Edmund  

De la réduction phénoménologique

Textes posthumes (1926-1935)

2-84137-213-3 - Année : 2007 - 448 Pages - 35 €
Traduit par Jean-François Pestureau
COMMANDE


L’intérêt de ce volume XXXIV des Husserliana (Zur phänomenologischen Reduktion, Texte aus dem Nachlass, 1926-1935) consacré entièrement à la réduction phénoménologique réside en ce que cette dernière opération est la clef de voûte de la phénoménologie de Husserl : l’ouvrage présente un choix étendu de réflexions du philosophe sur sa signification et sa portée. Ces manuscrits de recherche couvrent une période tardive (1926-1935) relativement étendue et sont tirés de l’œuvre posthume. Ils éclairent d’un jour nouveau la compréhension des textes connus et devenus classiques.
La méthode de la réduction phénoménologique est en effet le « Sésame » de l’œuvre husserlienne. Formellement parlant, la réduction est pour Husserl cela même qui ouvre à la phénoménologie comme philosophie transcendantale. Dorion Cairns, dans ses Conversations avec Husserl et Fink, note que Husserl est « convaincu que la chose la plus importante pour toute sa philosophie, c’est la réduction transcendantale ». Il n’est donc pas étonnant qu’en de nombreux manuscrits consacrés à la réduction phénoménologique, l’ambition d’ensemble de la philosophie husserlienne vienne à s’exprimer. Quelques-uns des textes publiés ici peuvent donc se lire aussi comme des réflexions programmatiques sur le véritable sens, et même sur le sens final de la phénoménologie transcendantale, et sont en corrélation avec les réflexions sur la systématique et sur l’ambition philosophique de la phénoménologie.
On peut suivre la conception de la réduction à travers toute l’œuvre depuis les années 1905-1906 : mais alors que l’histoire précoce de son développement et de sa mise au point jusqu’aux Ideen I de 1913, ainsi que la phase intermédiaire du début des années vingt sont attestées par d’autres textes des Husserliana, ce n’était jusqu’à présent pas le cas de la phase tardive (exception faite des textes consacrés à l’intersubjectivité).
La présente traduction vient donc combler cette lacune pour le lecteur de langue française.


__________________________

SOMMAIRE

Introduction de l’éditeur


AVEC LE PLAN DE PUBLICATION DE L’AUTOMNE 1926>

N° 1. Thème et épochè. sens de la réduction transcendantale. retour dans l’attitude naturelle
<§1.> Attitude purement psychologique et attitude phénoménologique transcendantale. Les questions du changement d’attitude
<§2. La psychologie comme science de l’âme humaine>
<§3.> Spectateur engagé et non engagé. Réflexion naturelle – réflexion transcendantale
<§4. L’« idéalisme transcendantal » comme synthèse d’attitude naturelle et transcendantale>
<§5.> L’épochè critique dans la vie naturelle, en ses différentes portées. Formes de l’épochè « universelle »
<§6.> Ontologie et phénoménologie
<§7.> Métaphysique
Appendice I : thème et épochè
Appendice II : thème. Le thème naturel universel du tout du monde. Thèmes spécialisés. Avoir un objet purement et simplement donné, ou comme thème, par contraste avec « avoir la conscience pour thème ».
Appendice III : modes de l’aspiration thématique

N° 2. Notes et recherches sur l’épochè phénoménologique
<§1.> L’attitude phénoménologique parmi d’autres attitudes
<§2.> Attitudes volitives universelles – rapportées à l’universalité de toute la vie, modifiant tous les actes
<§3.> La vie d’acte des différentes attitudes coexistantes
<§4.> Différentes attitudes avec ou sans influences thématiques
<§5. Thème absolu et thème relatif dans les attitudes phénoménologique et naturelle>
<§6.> Thème absolu
<§7. L’absolutisation naïve du monde dans l’attitude naturelle, et le sol d’expérience absolu dévoilé par la réduction phénoménologique>
<§8. Le> sens de l’épochè
<§9.> Le décalage nécessaire du sens de l’épochè
Appendice IV : sur la théorie de la pré-donnée
Appendice V : L’attitude naturelle n’est pas une attitude proprement thématique comme l’est l’attitude phénoménologique. Développement des attitudes thématiques universelles. Gradations dans la structure de développement de la vie humaine et de la subjectivité transcendantale
Appendice VI : Ad pré-donnée. Thématique naturelle et thématique phénoméno- logique. Encore une fois : sens de l’épochè

N° 3. Processus et sens de la réduction sur le fondement de l’épochè. Présentation de la réduction phénoménologique. Accomplissement de la réflexion phénoménologique en tant qu’expérience d’être
<§1. La réduction au psychique « pur » comme champ universel d’expérience concordante>
<§2. Preuve> que la réduction livre un empire d’expérience concordante, un champ d’expérience unitaire
<§3.> Expérience externe comme sol de jugement expérience externe comme thème de l’expérience interne

N° 4. épochè transcendantale et réduction. L’établissement du spectateur impartial
<§1. L’attitude professionnelle du phénoménologue instituée par l’épochè>
<§2. Le spectateur impartial comme sujet de la réflexion transcendantale>
<§3. Objections contre la possibilité d’accomplir universellement l’épochè>
<§4. L’épochè mène au-delà de l’avoir-un-monde naturel et ouvre la subjectivité transcendantale comme intersubjectivité>

N° 5. Changement du type de vie dans l’attitude phénoménologique
<§1. La rupture avec la naïveté naturelle et le> retour dans l’attitude naturelle
<§2.> Excursus sur une volonté « infinie » instituant une ferme habitualité dans la personne, et spécialement [dans la personne] du phénoménologue
<§3. Le dépassement de la naïveté transcendantale et le vrai sens du renversement copernicien

II.TEXTES PROVENANT DE LA « LIASSE GIBSON » < D’AUTOMNE 1929>

N° 6. Réduction transcendantale. Essai de réaménagement du chapitre 2, section 2 des Ideen
<§1. Réduction au moi comme ultime porteur de validité pour le monde>
<§2.> La voie de la constitution de monde. Dissociation de la sphère d’original d’avec le donné par intropathie
<§3. Le parallélisme entre la phénoménologie transcendantale et la psychologie pure>
Appendice VII :

N° 7. Les paradoxes de la réduction psychologique. L’antinomie de l’épochè psychologique. La contradiction entre mondanéité du psychologue et l’épochè psychologique de monde dont il a méthodologiquement besoin
<§1. L’abstraction au psychique pur comme thème des sciences de la nature. L’abstraction au psychique pur comme thème de la psychologie>
<§2.> Epochè psychologique
<§3.>
<§4.> Considération transcendantale pour éclairer la possibilité de la psychologie
<§5. L’analyse du monde absolument vrai comme idée excédant toutes les vérités de situation et présupposition d’une science rigoureuse>
Appendice VIII :

N° 8. Epochè et réduction. L’attitude naturelle comme mode de la subjectivité transcendantale : la monade dans l’attitude naturelle – La monade dans le mode de l’attitude transcendantale
<§1.> L’épochè
<§2.> Thèse générale épochè.
<§3.> Existence naturelle et existence phénoménologique dans la considération transcendantale. Humanité transcendantale
Appendice IX : Attitude naturelle comme mode du moi transcendantal qui, ainsi installé, s’objective, s’éprouve comme moi-homme et éprouve le monde
Appendice X :
Appendice XI : Vie naturelle (dans le style de la naturalité en laquelle un monde est pré-donné). Epochè et vie nouvelle

N° 9. Retour sur le moi dans le présent originairement vivant. Sur la théorie structurelle du présent vivant : interrogation en retour de l’épochè mondaine.
<§1.> La sphère « immanente » de l’ego transcendantal, le pour moi primordial au sens transcendantal
<§2.> Expérience transcendantale, son noyau constant de perception transcendantale du soi – présent transcendantal
<§3.> Être originairement fluant. Structure de la présence originaire comme thème
<§4.> L’intentionnalité originaire continuelle comme modification intentionnelle
<§5.> Présent immanent et transcendant
<§6.> Difficultés méthodiques de la phénoménologie naïve. Priorité du je-pense phénoménologisant
Appendice XII : Phénoménologie naïve directe et phénoménologie du moi phénoménologisant. Phénoménologie de la phénoménologie

N° 10. Sur le présent vivant. Temporalisation passive du flux de vécu par opposition à la temporalisation des actes. Pré-temporalisation et temporalisation proprement dite. (avec compléments de 1932)
Appendice XIII :

N° 11. La réduction radicale au présent vivant fluant équivaut à la réduction phénoménologique transcendantale

N° 12. La théorie de l’intentionnalité comme modification intentionnelle constante. Flux de conscience, vie de conscience absolument rien d’autre en soi que « modification »
<§1.> Conscience comme modification. Conscience comme modifiant continuellement et « impliquant » en soi du modifié
<§2. Réflexion comme modification intentionnelle>
Appendice XIV : Des actes de conscience acquièrent de l’étant comme un identifiable à volonté. Présomption du toujours pouvoir identifier à nouveau, mais possibilité de la modalisation

N° 13.

N° 14.
<§1.> Un élément de clarification du changement d’attitude de l’épochè en sa première introduction
<§2.> Première expérience de monde : attitude envers la singularité. Seconde : envers l’universum mondain
<§3. Structures fondamentales de la conscience en tant que conscience de soi>
<§4.> Sur la réflexion qui dévoile, égale à une réflexion doxique
<§5. La conscience comme flux temporel. Analyse de l’intérêt>
<§6.> Le moi dans l’intérêt. Champ d’intérêt, moi d’intérêt.
<§7. Réflexion naturelle et phénoménologique. L’épochè en tant que réduction phénoménologique au moi absolu de toutes les possibilités d’être>
<§8.> Epochè

N° 15. Réduction transcendantale
<§1. Auto-explicitation du moi transcendantal et explication de la visée de monde>
<§2. Explicitation de l’expérience du monde selon ses dimensions temporelles>
<§3. Dissociation de la sphère primordiale>
<§4. L’intersubjectivité transcendantale. Le moi transcendantal comme la personne humaine absolue>
<§5.> Réduction phénoménologique et situation. situation universelle
<§6. Sens et tâche des interrogations transcendantales>
<§7.> Aperception rendant réel du moi psychique

N° 16. Difficultés du retour fondateur à la subjectivité depuis le monde comme pré-donné
<§1. La circularité de la mise en jeu anthropologique>
<§2.> Le philosophe comme tel dans l’attitude théorétique
Appendice XV :
Appendice XVI :

N° 17. Considérations partant de la prétendue question sur l’être de l’étant. Puis réflexions partant de la question ontologique et réflexion sur la vie de conscience – de l’homme –, puis les difficultés. Pour finir, réduction transcendantale
<§> 1. Ontologie formelle
<§> 2.
<§3. L’intentionnalité humaine>
<§4. La radicalisation de l’opposition entre moi humain et moi comme ultime porteur de validité mène à la réduction phénoménologique>


N° 18. Première voie de méditation vers l’épochè, la réduction et la considération corrélative du monde
<§1. Le monde comme ma formation de validité et le moi comme porteur de validité>
<§2. Le moi en tant qu’il est dans le monde et fait l’expérience du monde>
<§3. L’apparence transcendantale et sa résolution>

N° 19. Le commencement, le premier mouvement de l’épochè phénoménologique

N° 20. Comment doit se former le retour au phénoménal originaire de l’ego

N° 21. Epochè et réflexion
<§1.> « Pré-donnée » « donnée »
<§2.> Pré-donnée et épochè
<§3. Réflexion et déterminations réflexives des objets mondains>
<§4.> Nouvel essai
Appendice XVII : Attitude naturelle et attitude de l’épochè. Juger directement, pré-donnée et donnée

N° 22. La phénoménologie dans l’histoire du monde
<§1.> L’historicité humaine de la réduction transcendantale
<§2.> La réduction phénoménologique comme fait psychologique humain
<§3. Le parallélisme de la thématique transcendantale et mondaine>
Appendice XVIII :

N° 23. Sur la phénoménologie de l’épochè
<§1. Le caractère présomptif de tout réel mondain et la certitude indubitable de l’être du monde>
<§2.> Le problème de la validité ininterrompue et continuée du monde depuis l’expérience universelle
<§3. Intentionnalité comme vie naturelle du moi et> épochè eu égard à tout existant pour moi (pour nous)
<§4. Le sujet et la vie préscientifiques en face de la science> Evidence apodictique de l’ego
<§5.> Préparations à la théorie de l’épochè. Modalités, « apparition simple », abstention
<§6.> Epochè universelle.
<§7.> Nouvelles réflexions. Chaque faire a son projet au sens le plus large. Vouloir, agir et ce qui en relève : fiat, décision, projet, etc.
<§8.> Phénoménologie du s’abstenir
<§9.> La question de l’épochè (ensuite comparaison avec l’épochè esthétique)
Appendice XXIII :

N° 24. Notes sur la théorie des actes. Modification d’acte de l’épochè. Actes phénoménologiques etc.

N° 25.
<§1. Analyse structurelle formelle du présent vivant en généralité eidétique>
<§2.> Répétition du début :
<§3. Analyse perceptive comme tâche dans l’attitude naturelle et perception du transcendantal comme modification universelle>

N° 28. Critique de l’épochè cartésienne
<§1. L’erreur fondamentale de l’épochè cartésienne et de la philosophie moderne>
<§2.> Pour une fondation plus précise de la critique analyse de la perception comme aperception
<§3. Indication rétrospective de l’interprétation mondaine dualiste par explicitations intentionnelles>

N° 29.
<§1. Comment allons-nous de la possibilité de modalisation de toute expérience à la certitude apodictique d’un monde étant en soi ?>
<§2. Digression.> L’infinité de l’anticipation qui fait l’expérience
<§3.> Prise de position critique envers l’être en soi ou le non-être du monde

N° 30.
<§1.> L’épochè quant à toute « tradition »
<§2. Le double sens de l’épochè>

N° 31. Le chemin vers la réduction phénoménologique
<§1.> Questionnement en retour sur la pré-donnée et chemin vers la réduction phénoménologique absolue
<§2. Réduction à la vie de validité absolue du moi comme « personne » transcendantale>

N° 32. L’implication de la subjectivité transcendantale

N° 33. L’épochè universelle présuppose une vie « naturelle » avant l’épochè et finalement la vie mondaine naturelle

N° 34. Sens de l’apodicticité du je-suis

N° 35. Les deux couches de l’intentionnalité :
Appendice XXV : Qu’est-ce qui relève de l’établissement de la phénoménologie de l’ego phénoménologisant ?

N° 36. Commencement de la réduction phénoménologique
<§1.> Explicitation spécifique de la réduction phénoménologique
<§2. Epochè. Le phénomène de monde en ses dimensions temporelles>
<§3. Attitude naturelle et épochè. Réduction à l’ego>
<§4. La vie dans l’épochè comme quasi vie mondaine et l’identité de l’ego dans l’attitude naturelle et transcendantale>
<§5. Tout psychique immanent est dans la conversion transcendantale une modification de celui naturel humain et vient pourtant à recouvrement avec lui>
Appendice XXVI :

Lexique Français-Allemand

--