Collections : Accueil - PHILOSOPHIE - Krisis

GREISH Jean  

Paul Ricoeur

L'itinérance du sens

2-84137-118-2 - Année : 2015 - 448 Pages - 33 €
COMMANDE


Cet ouvrage, forme le troisième volet d’un triptyque dédié aux différentes expressions que l’idée de phénoménologie herméneutique a reçues dans la philosophie du xxe siècle, se donne pour tâche d’analyser et d’évaluer la contribution de Ricœur à ce courant. Il se focalise d’abord sur la percée herméneutique de 1960, qui a pour arrière-plan une phénoménologie du volontaire et de l’involontaire et une anthropologie de la faillibilité. La seconde partie, placée sous l’égide du « Cogito narratif », retrace la genèse d’une herméneutique de la conscience historique sous le fil conducteur d’une analyse des opérations de mise en intrigue narrative dans le récit de fiction et le récit historique. La troisième partie dégage les principaux phénomènes qui étayent l’idée d’une phénoménologie du « sujet capable » qui domine les derniers travaux de Ricœur. Qu’il s’agisse de la capacité de se souvenir, d’oublier, de pardonner, de promettre ou de témoigner, ces recherches donnent tout son relief à la question kantienne : « Que m’est-il permis d’espérer ? ».





________________________

SOMMAIRE

Introduction générale :
l’herméneutique à l’école de la phénoménologie

1. « La terre ferme du cogito » (Hegel)
2. La mésaventure de Descartes (Husserl)
3. Le « cogito blessé » et l’itinérance du sens (Ricœur)


Première Partie
Le cogito blessé. De la phénoménologie de la volonté
à l’herméneutique du symbole


I. Les phénomènes du volontaire et de l’involontaire et la poétique de la liberté
1. À la recherche d’une phénoménologie du volontaire et de l’involontaire0
2. Cogito intégral et cogito brisé
3. Du « dualisme d’entendement » au « dualisme d’existence à l’intérieur même de l’unité vécue »
4. Une double épochè : la mise entre parenthèses de la faute et de la transcendance
5. Les chemins du consentement
6. Un « refus à triple tête » : les trois vœux de la liberté absolue et leur échec


II.La possibilité anthropologique du mal : la faillibilité humaine
1.Trois décisions méthodologiques
2. La « pathétique de la misère » et le concept de faillibilité
3. « Que puis-je savoir ? » les failles du pouvoir de connaître
4. Le caractère, le bonheur et le respect : la synthèse pratique
5. La fragilité affective : le cœur déchiré
6. Le concept de faillibilité


III. L’épreuve du mal et le langage de l’aveu. La percée herméneutique de 1960
1. Une nouvelle révolution copernicienne : « penser à partir des symboles »
2. Le langage de l’aveu et la symbolique élémentaire du mal
3. « Unde malum ? » : la fonction symbolique du mythe
4. Pour une phénoménologie herméneutique des mythes
5. Une typologie phénoménologique des mythes
6. Le problème de l’application herméneutique : la place éminente du mythe adamique
7. Une « philosophie à partir des symboles » : le statut philosophique de l’herméneutique
8. Vers une « onto-herméneutique » ?

Deuxième Partie
Raconter et Comprendre. le cogito narratif


IV. Empêtrement et intrigue. Une phénoménologie pure de
la narrativité est-elle concevable ?
1. L’histoire comme lieu premier de la Selbstgegebenheit
2. Comprendre les histoires d’autrui
3. L’auto-empêtrement ou l’histoire vécue à la première personne
4. De l’histoire universelle à « l’histoire multiverselle » : l’empêtrement collectif
5. Le bourdonnement et le bruissement des paroles : une nouvelle interprétation
du verbum mentis


V. « Raconter » : enjeux philosophiques et anthropologiques de la triple mimèsis narrative
1. Penser le récit : un triple défi
2. Le cercle du temps et du récit : un nouveau visage du cercle herméneutique
3. Schématisme narratif et traditions narratives
4. Le sujet comme « apprenti-historien »


VI. La fête du récit
1. La mort du récit : la thèse de Benjamin
2. Une « fable du récit » : Joseph et ses frères
3. Les ruses de la raison narrative
4. Le cogito narratif
5. Les vertus narratives


VII. Penser l’histoire à la lumière du récit. Une herméneutique de la condition historique
1. L’intentionnalité historienne et la réalité du temps historique
2. Penser l’histoire : les tâches de « l’historien-philosophe »
3. Compréhension herméneutique de l’histoire ou déconstruction : une fausse alternative
4. « Renoncer à Hegel » : la « déconstruction » herméneutique de la philosophie hégélienne de l’histoire
5. Une critique herméneutique de la raison historique
6. Au-delà de l’historicisme : la vie et ses intérêts historiques (Nietzsche)
7. Les « hérissements de la discontinuité » : faut-il déconstruire la mémoire historique ? (M. Foucault)
8. L’apprenti-historien et le métier historique
9. Un « apprenti-historien » face à « l’inquiétante étrangeté de l’histoire » (un exemple littéraire)


VIII. Le « poème de l’histoire ». De l’utilité et de l’inutilité de l’histoire de la philosophie pour la vie de la pensée

1. Pour une « histoire philosophique de la philosophie »
2. Les écritures de l’histoire (Hegel)
2. L’histoire monumentale, antiquaire et critique en philosophie
3. La crise de la raison et le « poème de l’histoire de la philosophie » (Husserl)



Troisième Partie
Une phénomenologie de l’homme capable

IX
La mémoire heureuse, l’art d’oublier, le difficile pardon
1. « Pouvoir se souvenir » : une phénoménologie de la mémoire
2. L’art oublier
3. Savoir pardonner : le pardon difficile
4. La mémoire méditante : une herméneutique de l’inachèvement


X.« Pouvoir promettre ». Cinq variations phénoménologico-herméneutiques
1. La promesse comme expression d’une « fidélité créatrice » (G. Marcel)
2. Promettre et pardonner (H. Arendt)
3. Promettre et séduire
4. La « réciprocité médiée » : le serment commun (J.P. Sartre)
5. La promesse promise et l’anticipation de l’avenir absolu


XI. La « promesse d’avant toute promesse » et l’herméneutique du soi
1. Qui peut promettre ?
2. Des actions pleines de promesses
3. Raconter et promettre
4. Promesse et responsabilité
5. Pouvoir promettre et pouvoir espérer. Au-delà de la sagesse pratique


XII. Témoignage et attestation
1. Le témoignage comme problème herméneutique
2. L’attestation au cœur de l’herméneutique du soi
3. La nudité du témoignage et l’épreuve du mal radical


XIII. « La flèche de l’espérance »
1. Le statut problématique de la philosophie de la religion
2. Faut-il renoncer à la théologie philosophique ? Le sens d’un « suspens agnostique »
3. Les conditions existentielles de l’autonomie philosophique
4. L’appropriation critique des textes fondateurs de la philosophie de la religion
5. Le tournant herméneutique de la phénoménologie de la religion
6. Une « philosophie protestante » ?