Collections : Accueil - PHILOSOPHIE - Krisis

FINETTI Stéphane  

La phénoménologie de la phénoménologie de E. Fink et son problème directeur

2-84137-298-0 - Année : 2013 - 312 Pages - 30 €
COMMANDE


Qu’est-ce que la phénoménologie de la phénoménologie de E. Fink, dont la Sixième méditation cartésienne constitue l’exposition principale ? Au lieu d’aborder la Sixième méditation à partir de sa genèse textuelle ou à partir de la collaboration avec E. Husserl dont elle est issue, l’auteur la prend à partir de son problème directeur. Ce dernier est mis au jour à travers une confrontation approfondie avec la phénoménologie husserlienne du temps, ce qui est devenu récemment possible, d’une part, grâce à la publication des Manuscrits de Bernau et des Manuscrits C, d’autre part, grâce à la publication des notes de recherches de Fink. De là, la division de l’ouvrage en trois moments.
Le premier analyse le problème directeur de la phénoménologie de la phénoménologie finkienne dans sa forme de base : comment la temporalisation originaire, qui est à l’origine du flux immanent, se phénoménalise-t-elle ? Le deuxième approfondit le problème de la phénoménalisation de la temporalisation originaire dans ses multiples formes : comme problème de la phénoménalisation de l’origine des essences immanentes, de la langue, de l’intersubjectivité et enfin de la science de l’immanence. Le troisième considère le problème de la phénoménalisation de la temporalisation originaire dans l’unité de ses multiples formes et notamment, comme problème de l’attestation phénoménologique de la temporalisation originaire. Ce parcours permet de reconstruire et de problématiser la « métaphysique phénoménologique » que Fink considérait comme le couronnement de sa phénoménologie de la phénoménologie.

 Stéphane Finetti est docteur en philosophie de l’Université de Toulouse II-Le Mirail et de l’Université de Pise. Il est actuellement chercheur postdoctoral (Marie Curie Cofund Research Fellow) au Centre Prospéro de l’Université Saint-Louis – Bruxelles et membre associé du CEPCAP (Centre d’études de la philosophie classique allemande et de sa postérité) de l’Université de Paris IV. Il a publié chez l’éditeur italien Mimesis l’ouvrage Riflessione e astrazione, consacré à la phénoménologie husserlienne de la réduction.




________________________

SOMMAIRE

INTRODUCTION


Ire PARTIE: INTRODUCTION AU PROBLÈME DE LA PHéNOMéNOLOGIE DE LA PHéNOMéNOLOGIE FINKIENNE

CHAPITRE I – SENS ET SPéCIFICITé DE LA PHéNOMéNOLOGIE DE LA PHéNOMéNOLOGIE FINKIENNE
1. Introduction
2. La critique apodictique et la phénoménologie de la phénoménologie
husserliennes
2.1 La rétro-référence de la phénoménologie à elle-même
2.2 La naïveté transcendantale et l’autolégitimation de la phénoménologie
2.3 Les deux formes de rétro-référence de la phénoménologie husserlienne
2.4 Une nouvelle forme d’autoréférence de la phénoménologie husserlienne
3. La phénoménologie de la phénoménologie de la Sixième méditation
3.1 Confrontation avec la rétro-référence de la phénoménologie
3.2 L’élucidation des concepts opératoires de la phénoménologie husserlienne
4. Conclusion

CHAPITRE II –LE PROBLEME DE LA PHéNOMéNALISATION DE LA TEMPORALISATION ORIGINAIRE CHEZ HUSSERL
1. Introduction
2. La phénoménalisation de la temporalisation originaire
3. Le problème de la phénoménalisation de la temporalisation originaire
3.1 Le problème de la phénoménalisation du flux absolu
3.2 Le problème de la phénoménalisation du processus originaire
3.3 Le problème de la phénoménalisation de la pré-temporalisation
4. La phénoménologie de la phénoménologie husserlienne face au problème de la phénoménalisation du processus originaire
4.1 La théorie de la réduction phénoménologique
4.2 La théorie de la mondanisation du spectateur phénoménologique
5. Conclusion


CHAPITRE III – LA TEMPORALISATION ORIGINAIRE ET LE PROBLEME DE SA PHéNO-
MéNALISATION CHEZ FINK
1. Introduction
2. L’extension des dimensions de la temporalisation originaire
3. L’approfondissement du concept husserlien d’intentionnalité d’horizon
3.1 L’inconvertibilité de l’horizon du passé et sa déprésentation ultime
3.2 Les déprésentations ultimes des autres horizons du temps
4. L’approfondissement du concept husserlien de présentation originaire
5. La restructuration du rapport entre les niveaux de constitution du temps
6. L’approche finkienne du problème de la phénoménalisation de la temporalisation originaire
7 Conclusion

CHAPITRE IV – LA RéDUCTION TRANSCENDANTALE ET SA SITUATION MONDAINE
1. Introduction
2. La réduction transcendantale
2.1 La structure de l’épochè transcendantale
2.2 La motivation de l’épochè transcendantale
2.3 La structure de la réduction transcendantale
3. La situation mondaine de la réduction transcendantale
3.1 La mondanisation secondaire du spectateur transcendantal
3.2 L’unité synthétique de la réduction transcendantale et de l’attitude naturelle
3.3 La phénoménalisation comme Schwingung phénoménologique
4. Conclusion


IIe PARTIE: APPROFONDISSEMENT DU PROBLÈME DE LA PHéNOMéNALISATION DE LA TEMPORALISATION ORIGINAIRE

CHAPITRE V – LA RéDUCTION DE L’éIDéTIQUE ET SA SITUATION MONDAINE
1. Introduction
2. L’exigence de limiter et de modifier l’éidétique transcendantale
3. L’approfondissement du problème de la phénoménalisation du devenir constitutif117
3.1 La phénoménalisation du devenir constitutif des essences mondaines
3.2 L’unité du problème de la phénoménalisation du devenir constitutif
4. Conclusion

CHAPITRE VI – LA RéDUCTION DE LA LANGUE ET SA SITUATION MONDAINE
1. Introduction
2. La réduction de la langue amorcée par Husserl et son problème méthodologique
3. L’élucidation finkienne du problème de la phénoménalisation du devenir constitutif en tant que sphère pré-linguistique
3.1 La réduction de la langue explicitée par Fink
3.2 La métamorphose de la langue
3.3 L’unité de la réduction de la langue et de son expression linguistique
4. Conclusion

CHAPITRE VII – LA RéDUCTION AU PRé-INDIVIDUEL ET SA SITUATION MONDAINE
1. Introduction
2. L’émergence du problème de la phénoménalisation de la monadisation chez Husserl
2.1 La réduction primordiale
2.2 La constitution primordiale comme temporalisation et comme monadisation
2.3 Le problème de la phénoménalisation de la temporalisation et de la monadisation
3. L’élaboration finkienne du problème de la phénoménalisation de la monadisation
3.1 L’explicitation du lien de la réduction primordiale avec la réduction intersubjective
3.2 Redéfinitions de la réduction primordiale
3.3 La réduction au pré-individuel et son individuation
4. Conclusion

CHAPITRE VIII – LA RéDUCTION DE L’IDéE DE SCIENCE
ET SA SITUATION MONDAINE
1. Introduction
2. Le problème de la phénoménalisation de la genèse des sciences
2.1 La tradition géométrique et son origine
2.2 Formation et sédimentation du sens
2.3 L’oubli du sens originaire de la géométrie et le problème de sa phénoménalisation
3. Le problème de l’unité de la réduction de l’idée de science et de sa scientifisation
3.1 La réduction de l’idée de science
3.2 La scientifisation
4. L’élucidation finkienne du problème de l’unité de la réduction de l’idée de science et de sa scientifisation
4.1 Le caractère apparent de la scientifisation
4.2 La science absolue
4.3 Ressources et questions ouvertes de l’élucidation finkienne
5. Conclusion


IIIe PARTIE: LE PROBLÈME DE LA PHéNOMéNALISATION DE LA TEMPORALISATION ORIGINAIRE DANS L’UNITé DE SES MULTIPLES FORMES

CHAPITRE IX – L’ATTESTATION PHéNOMéNOLOGIQUE DE LA TEMPORALISATION ORIGINAIRE
1. Introduction
2. Le problème de l’attestation phénoménologique de la temporalisation originaire chez Husserl
2.1 L’attestation phénoménologique des couches immanentes
2.2 Les problèmes de l’attestation phénoménologique des horizons ultimes de la sphère immanente et de la temporalisation originaire
2.3 Le concept opératoire implicite de construction
3. Le problème de l’attestation phénoménologique d’une sphère
a-présentielle
3.1 La transformation des horizons ultimes de la sphère immanente et de la temporalisation originaire
3.2 La transformation du problème de l’attestation phénoménologique des horizons ultimes de la sphère immanente et de la temporalisation originaire
4. L’attestation phénoménologique de la sphère a-présentielle
4.1 La construction phénoménologique en tant que transcendance
au-delà des données réductives immanentes
4.2 La construction phénoménologique en tant qu’intuition constructive
4.2.1 L’ancrage intuitif de la construction phénoménologique
4.2.2 L’ancrage descriptif de la motivation de la phénoménologie
constructive
5. Conclusion

CHAPITRE X – L’AUTORéFéRENCE DE LA PHéNOMéNOLOGIE
1. Introduction
2. L’autoréférence de la phénoménologie transcendantale
2.1 L’autoréférence « intacte » des sciences mondaines
2.2 L’autoréférence « brisée » de la phénoménologie transcendantale
3. La redéfinition de l’autoréférence de la phénoménologie
3.1 La double autoréférence de la phénoménologie
3.2 La double vérité de la phénoménologie
4. L’autoréférence brisée et la rétro-référence de la phénoménologie
4.1 La spécificité de l’autoréférence brisée par rapport à la rétro-référence
4.2 L’unité de l’autoréférence brisée et de la rétro-référence
5. La question de la réitération à l’infini
6. Conclusion

CHAPITRE XI – LA MéTAPHYSIQUE PHéNOMéNOLOGIQUE DE E. FINK
1. Introduction
2. Le problème de la constitution du monde et ses modifications
2.1 Le problème du devenir constitutif du monde
2.2 Première modification
2.3 Deuxième modification
3. La transformation de la phénoménologie directe de Fink
en idéalisme transcendantal
3.1 L’idéalisme de la théorie de la connaissance
3.2 Idéalisme ontologique
3.3 L’idéalisme activiste et l’idéalisme absolu
4. L’idéalisme méontique de la Sixième méditation et l’idéalisme transcendantal des Méditations cartésiennes (1929)
5. Conclusion


CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE